La Combustion Humaine Spontanée (Ou CHS).

C’est un sujet qui reste toujours un mystère à l’heure actuel. Bizarre, effrayant, incompréhensible, même à ce jour, malgré de nombreuses hypothèses, il reste toujours inexplicable en son entier.

Tout d’abord, revenons sur la définition de ce phénomène.

combustion spontanée
  1. Qu’est-ce que la Combustion humaine spontanée ? 

(Sources Wikipédia) : On parle de CHS lorsqu’un corps prend feu ( à fortiori de l’intérieur  sans cause apparente et où l’environnement n’est pas touché par le feu. Il existe de rares témoignages. La communauté scientifique tenterait à penser à des accidents par effet de mèche. (Je reviendrai sur ce phénomène). 

Ce phénomène est connu depuis fin 16 -ème siècle, début 17 -ème. 

  1. Les premiers cas. 

Les premiers cas rapportés sont ceux lus dans les romans de deux grands auteurs : 

Charles Dickens et Emile Zola (extraits des passages des livres des deux auteurs  décrivant les cas de Combustion Humaine Spontanée) :

 « « CHAPITRE II.

Le rendez-vous.

Charles Dickens

Bleak-House

« Qu’est-ce que cela peut être ? baissez un peu la chandelle. »

Un petit endroit du plancher est complétement carbonisé ; à côté, sont les restes noircis d’un paquet de papier brûlé ; mais ils n’ont pas cette légèreté qui leur est ordinaire, et l’on dirait qu’ils ont trempé dans quelque chose de gras ; plus loin… est-ce un éclat de bois brûlé recouvert de cendre, ou un morceau de charbon ? … Horreur ! c’est le vieux Krook ! Cette braise huileuse, d’où s’éloignent en courant les deux amis, qui laissent tomber la chandelle et se précipitent dans la rue, voilà tout ce qui reste du vieillard.

« Au secours ! au secours ! Au nom du ciel, vite au secours ! »

La foule arrive, mais nul secours n’est plus possible. Le lord chancelier de Cook’s-Court, fidèle à son titre jusqu’à sa dernière heure, est mort, comme devraient mourir tous les chanceliers des autres cours et toutes les autorités de ces lieux où l’équité sert de prétexte pour commettre l’iniquité. Que Votre Altesse donne à cette mort le nom qu’il lui plaira, qu’elle l’attribue à telle ou telle cause et dise qu’on aurait pu la prévenir de telle ou telle manière, c’est toujours la mort, cette mort innée, semée, engendrée dans les humeurs corrompues du corps vicié lui-même, et pas autre chose… la combustion spontanée, enfin, et non pas une des autres morts dont on peut mourir.

Dans Le Docteur Pascal, de Emile Zola cette scène se présente comme la suite immédiate, et en quelque sorte la conséquence d’une autre tout aussi extraordinaire.

« Juste avant d’amener Charles, en compagnie de Clotilde, à cet asile des Tulettes où il va perdre tout son sang, le docteur est allé voir son oncle illégitime, le vieil Antoine Macquart, la honte de la famille, dans son ermitage où il passe ses journées à boire. Le chien, quand ils arrivent, hurle d’un gémissement doux et continu. Le docteur appelle : « Macquart ! Macquart ! » à plusieurs reprises, rien ne répond. Il ouvre la porte ; tout est noir, la cuisine est emplie d’une épaisse fumée nauséabonde. Il ouvre les volets. Alors, ce que le docteur put enfin constater, l’emplit d’étonnement. Chaque objet se trouvait à sa place ; le verre et la bouteille de trois-six vide étaient sur la table ; seule la chaise où l’oncle avait dû s’asseoir, portait des traces d’incendie, les pieds de devant noircis, la paille à demi brûlée. Qu’était devenu l’oncle ? Où pouvait-il être passé ? Et, devant la chaise, il n’y avait sur le carreau, taché d’une mare de graisse, qu’un petit tas de cendre, à côté duquel gisait une pipe, une pipe noire, qui ne s’était même pas cassée en tombant. Tout l’oncle était là, dans cette poignée de cendre fine, et il était aussi dans la nuée rousse qui s’en allait par la fenêtre ouverte, dans la couche de suie qui avait tapissé la cuisine entière, un horrible suint de chair envolée, enveloppant tout, gras et infect sous le doigt. »

 C’est un cas de « combustion spontanée », le plus beau, nous précise Zola, qu’un médecin n’ait jamais observé ; il sait parfaitement qu’il est en plein mythe. » » 

Un psychiatre également s’est penché sur ce phénomène. Il en a même fait une thèse pour son doctorat. Elle fut enseignée et diffusée fin du 17 -ème siècle, c’est dire si la CHS intriguait ! 

Il semblerait qu’avant le 17 ème siècle il y eu déjà des cas, mais ils étaient considérés comme des punitions divines et souvent en lien avec la consommation d’alcool. 

Il faudra attendre effectivement que les scientifiques se penchent sur le sujet pour envisager d’autres hypothèses.

  1. Les différentes hypothèses. 
  • La punition divine, alcoolisme et désespoir.

Ce fut effectivement une des premières hypothèses, car retrouver ainsi une personne avec souvent juste les pieds et tout le reste du corps consumé (entièrement) et la pièce intacte laissait place à une force extérieure divine. Forcément les premières explications furent de penser que la personne venait de subir une punition venant directement du ciel. 

De plus, des éléments venaient s’y associer comme l’alcool et la dépression. 

Dans l’idée des gens, à force de boire, leur corps étaient imbibés d’alcool. Et l’alcool est inflammable. De plus le fait d’avoir des idées de désespoir, de penser à la mort, etc… Les gens imaginaient que la douleur psychique pouvait faire naitre un feu intérieur qui d’un coup consumait la personne. Aidé par l’alcool le tout flambait vite sans se propager. 

Un feu qui venait des entrailles et dévastait le corps juste de l’hôte sans toucher à l’environnement.

  • L’acétone. 

Un biologiste du nom de brian.J.ford pris comme hypothèse la présence d’acétone dans le corps de ces personnes . 

Comment et pourquoi ? : 

Les cellules utilisent le sucre (glucose) comme source d’énergie. Lorsqu’il y a une hypoglycémie (baisse du taux de sucre dans le sang), les cellules vont transformer alors les cellules graisseuses en glucose. Ce mécanisme entraine la formation d’acétone qui va ensuite se retrouver dans les urines mais également au niveau de l’haleine (on parle alors d’odeur spécifique de pommes de reinette.). 

Les personnes prédisposées sont celles qui souffrent d’alcoolisme et également de diabète. 

Selon ce scientifique, la présence d’acétone dans l’air en présence d’électricité statique, craquage d’une allumette ou d’une quelconque flamme pourrait créer un début de feu. Ensuite, la combustion du corps entretenu par la combustion des cellules graisseuses pourrait expliquer la CHS.

Cependant fort est de constater que toutes les personnes ayant été victimes de ce genre d’incident n’étaient pas forcément en acidocétose. (Crise acétone).

  • L’effet de mèche.

Sûrement une des causes les plus reconnues comme telles. 

Cela part du principe que le corps de la personne est comme une bougie : graisse + mèche. 

La graisse provenant du corps et la mèche étant les habits. 

Le feu viendrait bien souvent d’une cigarette non éteinte alors que la personne soit s’endort profondément ou fait un malaise sur sa chaise ou son lit. 

Une expérience a été faite avec le corps d’un cochon. Tout le début de l’expérience se déroule selon le processus remarqué lors des CHS. L’incendie ne s’étend pas et reste cantonné au corps sans toucher l’environnement. Cependant, au bout de quelques temps pour x raisons, le feu soudainement s’empare du reste de l’environnement… Alors expérience ne pouvant respecter les conditions lors des incidents ? pour l’instant mystère.

combustion spontanée para
combustion spontanée
  • L’effet Hiroshima.

Selon Larry Arnold qui a écrit sur le sujet, une particule pourrait être à l’origine des CHS. Il s’agirait du Pyrotron

Cependant cette particule n’est scientifiquement pas validée. 

Selon lui cette particule existe dans l’univers et parfois elle s’exciterait. Et étant présente partout y compris dans notre corps, en se frottant les pyrotrons provoqueraient un feu interne en produisant une grande quantité d’énergie. 

Cette théorie ne peut être étayée malheureusement. 

  • L’effet boule de feu

Il existe l’hypothèse des boules de feu. Cette concentration d’électricité qui peut se rencontrer lors de la création d’orage. 

Ainsi la foudre voyageant sous cette forme pourrait être la cause d’un décès par CHS. 

J’ai pu voir une fois la foudre se déplacer de cette façon et lorsqu’elle trouve l’endroit conducteur c’est impressionnant ! 

  • La Kundalini. 

Les sciences spirituelles partent du principe que l’Energie circule entre nos différents chakras.  Les pratiquants aspirent à la monter de la kundalini lorsqu’ils maitrisent leurs capacités spirituelles et énergétiques. 

La kundalini est la montée d’une Energie puissante partant du chakra racine et montant lentement au dernier chakra du sommet de notre être. 

Certains y parviennent, d’autres non. Mais cela se fait logiquement de manière graduelle. 

Cependant, il arriverait que suite à un choc émotionnel, une prise de conscience profonde, lors d’un soin ou lors d’une volonté personnelle, cette montée de kundalini se fasse de façon soudaine. Cela provoquerait alors une quantité d’énergie importante, d’un coup, qui pourrait alors créer ce feu venant des entrailles et brulant ainsi le corps de manière rapide et intense. 

Voilà en partie les raisons les plus souvent évoquées lors des Combustion Humaines Spontanées. 

Par contre il y a le cas d’une femme belge qui a survécu à ce phénomène en 2002. Dans la voiture, sur le retour d’une promenade en bord de mer où elle avait ramassé un coquillage, son bras a pris feu sans aucune raison ! 

Il s’est avéré après recherches que sur la plage, la veille, il y avait eu des feux d’artifices. Les résidus de feux d’artifices (sodium) mélangé à de l’eau a provoqué un feu. 

Mais si cette femme avait été seule, elle se serait possiblement consumée sans explication et aurait fait partie de ces mystères de la CHS.

Heureusement elle a survécu et a été vite prise en charge à l’hôpital pour des brulures de 2 -ème et 3 -ème degré.

  1. Ce qui reste un mystère et quelques cas. 

 En prenant acte de tous les cas, la chose qui semble rester inexplicable est le fait que le feu vienne de l’intérieur.

Déjà en général les feux démarrent de l’extérieur pour brûler le corps et de plus ce qui pose aussi un problème est la température. 

Pour qu’un corps puisse se consumer entièrement, il faudrait une température de plus de 3000 degrés et que cela dure des heures. A savoir que pour une crémation il faut un feu à 2500 degrés pendant 3 heures et il reste encore quelques os. 

Il manque donc des données telles que : un agent qui accélère la combustion, des phénomènes associés … hors à ce jour même en concluant à un départ de feu par cigarette… Cela n’explique pas l’état de consumation. 

« A ce jour, reconnaît le professeur Quatrehomme, « il est encore difficile d’expliquer comment se produit l’ouverture cutanée par laquelle s’écoule la graisse humaine. Nous manquons peut-être de travaux expérimentaux pour démontrer la théorie de l »effet mèche’. » » ( sources : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/03/02/la-combustion-humaine-spontanee-sujet-brulant_1650606_1650684.html

  • Il y a le fameux cas de Mary Reeves, un des cas les plus cités qui a eu lieu en 1951 (juillet). 

La pauvre femme fut retrouvée calcinée, seule un bout de jambe était restée intacte. 

Pour les scientifiques, la solution est simple : effet de mèche. 

Mme Reeves fumait, elle était enrobée (entendez une masse graisseuse plus importante), portait une chemise de nuit et avait une jambe raide (surement pour cela que ce membre fut épargné.). De plus, elle aurait prévenu un membre de sa famille comme quoi ce soir-là elle allait prendre des somnifères pour dormir. 

Pour les scientifiques toutes les conditions pour le drame étaient réunies. 

Pour les chercheurs en paranormal, le fait que la pièce n’a pas brulé avec pose souci. Car en effet entre le temps où le membre de la famille a eu le dernier appel et le temps de la découverte, il s’est passé 12 heures.

Le rapport pourtant aurait indiqué que des meubles autour avaient commencé à brûler ainsi qu’une poutre de plafond… 

De nombreux scientifiques ont étudiés la question en donnant des explications assez sérieuses.

« En 1961, Thurston arrive aux conclusions suivantes : « sous certaines conditions, un corps humain se consumera, par combustion lente, dans sa propre graisse, en provoquant peu ou aucun dégât aux objets environnants […] cette combustion n’est pas spontanée, mais induite par une source de chaleur externe au corps […] le corps inanimé devient une proie, en présence d’une flamme, si l’oxygénation est appropriée ; l’ensemble entretient le feu ».

Pour les scientifiques, l’effet de mèche reste la seule et bonne explication accompagnée de l’incapacité à la victime de réagir (alcoolisée, inconsciente, etc..).

D’autant exposent aussi le fait que nous n’avons jamais eu le cas d’animaux victimes de ces combustions spontanées. Aucun cas n’a effectivement été relaté. 

Cependant, des cas laissent le doute … 

  • En 2010, Michael Faherty âgé de 76 ans a été retrouvé brûlé dans sa maison. 

Il y a eu une longue et minutieuse enquête, et le coroner a conclu à une mort par combustion spontanée sans explication adéquate.

La présence d’une cheminée avec âtre ouvert est pour d’autres une explication ayant mené au fameux « effet de mèche ». 

Un dernier cas recensé en 2017 assez impressionnant à Tottenham. Un monsieur de 70 ans, marchant dans la rue a littéralement pris feu sous le regard ébahis des badauds. Le monsieur bien que rapidement évacué en hélicoptère est mort le lendemain. 

combustion spontanée paranormal
combustion spontanée

 Au départ les conclusions ont été « mort inexpliqué. Puis après une autre expertise en 2018, il a été conclue que le monsieur aurait accidentellement mis le feu à ses vêtements en allumant une cigarette.

Ces deux derniers cas posent question notamment dans le fait qu’au départ les conclusions partent sur « combustion spontanée de nature inconnue ». 

Est-ce le besoin de la science et de l’Homme de vouloir à tout prix trouver une raison à des évènements aussi dramatique que ceux-là ? 

Car il faut avouer que penser qu’on puisse prendre feu comme ça, d’un coup, fait peur. 

Ou bien existe-t-il des phénomènes encore inconnus provoquant ces phénomènes ? 

Les recherches dans la cadre des sciences énergétiques étant encore fragiles, et ayant du mal à se faire entendre par les sciences « conventionnelles », il est difficile de poser comme conclusion : combustion spontanée dû à une montée importante d’énergie créant un feu interne. 

Et vous qu’en pensez-vous ? 

Pour ceux intéressés par le sujet je laisse ci-dessous des noms de livres et des liens concernant le sujet. 

A lire : La combustion humaine spontanée, ou la science à l’épreuve du feu de Didier Nourrisson

            La combustion humaine spontanée (Français)de Jean-Pierre Smagghe-Menez

          LES COMBUSTIONS HUMAINES SPONTANEES DE CLAUDE GUIONNET

        Ablaze by Arnold, Larry E.

Documentaires : 

       https://www.dailymotion.com/video/xpge2u  (il y a 4 vidéos de 12 à 15 min ) . 

Article Culture ésotérique rédigé par : Schwob Ségolène

 

 

 

 

 

 




Laisser un commentaire