PRESENCE EXTRATERRESTRE

Qu’est ce qui peut bien légitimer la croyance d’une présence extraterrestre dans notre Univers, voire même sur notre propre planète ?

Pour certains, cela relève de la folie douce, pour d’autres d’une évidence et il y a ceux qui n’attendent que de voir pour y croire. J’imagine bien que dés que l’Homme a posé les yeux sur les cieux l’idée qu’il existait une vie, par-delà cette voute étoilée, lui est forcément venue en tête.

C’est ainsi qu’en remontant l’histoire et en m’inspirant de découvertes et d’articles sur le sujet (dont je mettrai les liens) je vais tenter de vous montrer ce qui fait que je fais partie de ceux qui croient en l’existence d’une vie extraterrestre et de leurs présences possibles !

Il y quelques milliers d’années (si ce n’est actuelle), sur notre bonne vieille terre (qui ne l’est pas tant que ça). Premières traces : c’est, il semblerait, dans le Kanchur tibétain (leur livre des morts), composé de 1000 volumes et qui fait partie des livres secrets, que nous pouvons retrouver des traces évoquant la présence d’entités extraterrestres.

Des descriptions évoquent des objets volants (sphères) dans lesquels les Dieux se déplaceraient. Ensuite en Inde, avec le Mahabarata (épopée sanskrite mythologique) dans lequel des poèmes racontent la visite des Dieux dans des Vihamac (engins volants). A Bagdad, précisément en Irak, les tablettes Sumériennes écrites il y a plus de 5000 ans. Nous retrouvons l’histoire de la création, la genèse écrite 2000 ans avant la Bible qui évoque des voyagent spatiaux. Également dans les manuscrits de la mer morte, découverts à Qumran, (les plus anciens textes du Tanakh (bible hébraïque), des descriptions qui ressemblent étrangement au décollage de nos fusées.

Bien sûr, la première chose qui nous vient à l’esprit est que tout cela provient de l’imagination de ces personnes à l’époque. Cependant, fort est de constater que ces écrits étaient basés sur des descriptions bien réelles (certes imagées avec le vocabulaire de leur temps) mais, non tirés de leur imagination. C’est ce qu’à voulu prouver Heinrich Schliemann (archéologue allemand) qui en suivant les instructions dans l’Illiade et l’Odyssée a retrouvé des vestiges de la ville de Troie. Ensuite, dans la Bible lorsque nous lisons l’histoire de Sodome et Gomorrhe, certains y voient la description des effets d’une bombe atomique. Ensuite, la description de la construction de l’arche est assez incroyable. Elle ressemblerait en tout point à la création d’une sorte de gros transformateur électrique. Également dans le monastère de Visoki à Décani (Yougoslavie), il existe une fresque où sont dessinés des Dieux qui voyagent dans le ciel dans ce qui pourrait ressembler à des vaisseaux spatiaux. Que dire également de cartes maritimes qui montrent des endroits non découverts avec une description très précise et juste (tel que l’Antarctique) alors que pour ce faire, il aurait fallu le faire en avion. Et bien d’autres choses inexpliquées encore …

Mais alors, comment expliquer tout cela ?

Est-ce nous qui interprétons avec nos connaissances actuelles ou bien sont-ce de réelles descriptions ? Dans ce dernier cas : comment ne pas alors penser à la présence d’extraterrestres qui auraient été présent à ce moment ? Car ces civilisations en ce temps ne pouvaient prétendre à de telles inventions. Comment expliquer la représentation d’une grande ampoule dans des hiéroglyphes égyptiens alors qu’elle ne fut inventée qu’en 1879 par T. Edison ? Se pose encore, malgré de nombreuses hypothèses, la question de la construction des pyramides et du transport de certains blocs de pierre. Je pense notamment à « la pierre de la femme enceinte » prés du temple de Jupiter à Baalbek (Liban) où il faudrait selon les experts utiliser au moins une vingtaine de grues modernes pour la transporter ! Bien qu’un ingénieur du nom de Glen Dush, ait émis l’hypothèse que si les pyramides de Khephren, Gizeh et la pyramide rouge soient alignées vienne du fait qu’elles auraient été construites avec des mesures prises le jour de l’équinoxe d’automne.

Il est quand même difficile d’expliquer les alignements de sites anciens tels que le Machu Picchu, les lignes de Nazca, les statues de l’ile de Pâques. En parlant des lignes de Nazca, comment expliquer la présence de ces dessins dont on ne peut voir réellement les formes qu’en survolant la zone ? Et puis, d’autres traces qui font parler d’elles depuis longtemps : les CROP CIRCLES. Lorsqu’on regarde dans les archives, les premières traces sembleraient dater de 1678. Oui moi-même j’ai été étonnée, je pensais que cela était plus récent. Or, une gravure représentant une sorte d’être sombre avec une faux en train de tracer, dans un champ, des cercles qui représentent étrangement un crop circle. Elle porte le titre de « Diable Faucheur ». Alors bien évidemment cela peut être facilement contesté et vu autrement. Par ailleurs il n’y a à ce jour aucune vérification attestant de cette ressemblance. Il y aurait cependant des photos datant des années 30 qui attesteraient des premiers crop circles « immortalisés ». C’est plus vers les années 1970 que la « chasse » aux crop circles à véritablement commencé. L’apparition subite (en une nuit), des graphiques faites dans des champs avec des figures assez complexes, les fibres végétales « pliées » d’une certaine façon avec pour certains des éléments qui semblent ne pouvoir être fait de manière humaine. Comment ne pas penser à des êtres extraterrestres tentant qui sait de déposer des messages ou bien des signaux spatiaux ? (A SUIVRE ) ….

(Première Partie) Article « Culture de l’étrange » rédigé par : Ségolène.S

(Deuxième Partie)

Parler de la présence extraterrestre sans parler de l’affaire Roswell serait comme parler de l’Angleterre sans parler de Margareth !

Roswell, une affaire phare dans l’Ufologie. Juillet 1947, la deuxième guerre mondiale est finie et nous sommes en pleine guerre froide entre les Etats-Unis et l’URSS. C’est au Nouveau-Mexique que le propriétaire d’un ranch qui a l’habitude de voir régulièrement des débris de ballons météo, entend un soir une explosion. Le lendemain, il voit des débris qui lui paraissent différents de ceux qu’il ramasse habituellement.

Le 6 juillet il en parle au Sherif qui va du coup prévenir la base la plus proche : Roswell. Le 7 juillet deux militaires viennent inspecter les débris et les ramène à la base militaire, le lendemain le site est sécurisé. Dans le même temps, un officier de la base annonce à la radio que le crash serait d’origine extraterrestre. Cela crée un mouvement important et chez les journalistes et dans le milieu UFO.

Mais alors que tout le monde se prépare à cette nouvelle, quelques heures après le premier communiqué, un autre officier explique que c’est une erreur et que l’objet qui s’est crashé n’est autre qu’un ballon météo avec un radar réflecteur. (Ce qui tenait la route quant au projet Mogul en cours. (Envois de ballons sondes pour espionner l’URSS). Il n’en fallut pas plus pour que les médias laissent tomber l’affaire. Mais tout le monde n’avait pas oublié surtout que le procédé de désinformation laissa planer le doute.

Ainsi, alors que l’affaire semblait être oubliée, un livre vint raviver tout cela : « The Philadelphia experiment. » écrit par Charles Berlitz et William L.Moore en 1980. Il y aura analyse à nouveau des débris et à nouveau confirmation que ce sont bien des morceaux de ballons météo. Et puis, en 1995, c’est la rencontre fortuite de trois hommes : Spyros Loannou Melaris (directeur de Westell entreprises), Ray Santili (production Merlin Groupe) et John Humpreys (créateur artistique effets spéciaux et notamment dans la série du Dr WHO), qui va remettre à l’actualité cette affaire.

En effet ce sont eux à l’origine du fameux film qui montre l’autopsie d’un extraterrestre et qui a relancé toute cette affaire. Oui, car cette vidéo, bien que créée de toute pièce relancera pas mal d’Ufologues sur la piste de Roswell et de sa fameuse « zone 51 ».

Tiens vous savez pourquoi ce nom ?

Tout simplement parce que sur cette aire géographique se situe une base militaire pratiquant des tests sur des appareils expérimentaux. Le gouvernement n’étant pas très clair, la base n’apparaissant pas sur les cartes. Forcément cette aire a suscité la curiosité et avec l’affaire Roswell, elle est devenue une référence dans le milieu Ufo et même dans l’inconscient des gens.

Alors vous allez me dire qu’ainsi raconté, cela ne fait pas très crédible, n’est-ce pas ? Genre elle nous parle extraterrestre et elle ne croit même pas à l’affaire Roswell ! (Si, Si je vous entends ! (Sourire).

Eh bien tout simplement parce que dans ce cas précis, la technique de désinformation est flagrante. Et si elle est mise en place c’est uniquement dans le but de justement faire croire à un complot, monté par l’Etat, pour faire croire qu’il nous cache quelque chose et faire passer les gens, qui continuerons à crier aux extraterrestres, pour des hurluberlus. C’est tordu, n’est-ce pas ? Pourtant cela fonctionne très bien.

Qu’est-ce que cela cache donc ? Il y a des choses qui ne trompent pas. En effet, non seulement beaucoup de langues se sont déliées au fil du temps et notamment des personnes qui étaient en fonction au moment des faits. Je ne vous apprends rien quant aux tentatives d’intimidation afin que les agents gardent secret certaines information. De plus, il y eu bizarrement une réelle avancée niveau technologie depuis ce moment. Oui, bien sûr, cela peut-être rapporté « aux sauts d’évolution ». Cependant, le fait que cela ait lieu juste après l’affaire Roswell n’est pas anodin. Pour n’en citer qu’un, parlons par exemple de Jesse Marcel Jr, qui était le fils d’un des officiers qui aurait ramassé les débris pour les emmener avec lui avant de les déposer à la base. Il les aurait montré à son fils tant cela était extraordinaire. Il a vu et a eu les morceaux entre ses mains. Cela avait été tellement marquant pour son père de devoir taire ces informations, qu’il avait laissé un témoignage peut avant son décès.

Par ailleurs, la soi-disant opération Mogul n’était pas si secrète que cela a été dit à l’époque et en plus, les fameux ballons météos à réflecteur n’auraient été utilisés que plusieurs mois après l’incident. Dans ces cas-là, je dis simplement que : trop de désinformation tue la désinformation ! Dans le prochain article je tenterai de conclure avec les différents témoignages d’hommes politiques, des organismes qui recherchent des traces de présence extraterrestre, etc. . Alors à très vite !

(Deuxième Partie) Article « Culture de l’étrange » rédigé par : Ségolène.S

Laisser un commentaire