Le BAAL’HISME les explications

Dans la mythologie de Canaan, Baal, dieu de la vie et de la fertilité, était condamné à livrer un combat mortel avec Mot, dieu de la guerre et de la stérilité. Si Baal triomphait, il s’ensuivait un cycle de sept ans de fertilité, mais, s’il était vaincu, sept années de sécheresse et de famine accablaient le pays.
Les textes ougaritiques évoquent d’autres aspects de la fertilité de Baal, tels que ses relations avec Anath, sa sœur et son épouse, et sa procréation à la suite de l’union.
Le terme sémitique baal (en hébreu, ba‘al) signifiait « possesseur » ou « seigneur », bien qu’on ait pu l’utiliser de façon plus générale: par exemple, un baal d’ailes était une créature ailée, et, au pluriel, des baalims de flèches désignaient des archers. On attribuait aussi le terme baal à un dieu portant un autre nom.
Une telle imprécision dans l’usage de ce mot n »empêchait pas cependant qu’il fût attaché à un dieu bien particulier : Baal désignait alors le dieu universel de la fertilité, il portait le titre de Prince-Seigneur de la Terre, et aussi celui de Seigneur de la Pluie et de la Rosée, les deux formes d’humidités indispensables pour la fertilité en Canaan. Dans la langue ougaritique et dans l’hébreu de l’Ancien Testament, Baal était désigné comme dieu de la tempête sous le titre de « Celui qui chevauche les nuages ». En phénicien, on l’appelait Baal Shamen (en araméen, Baal Shamin), dieu des Cieux.
Vous le voyez les textes anciens évoquent juste certain abribus de Baal , il y en a un en particulier, bien plus sombre, bien plus viscéral évoquant son origine sans cette version édulcorée qu’en avais fais ces peuples…
Voilà bien des siècles une catastrophe épouvantable et inexpliquée détruisit deux grandes cités au bord de la Mer Morte, en Judée, à savoir Sodome et Gomorrhe. En quelques instants, tout fut embrasé et périt dans un torrent de feu.
Sauf un homme du nom de Loth, et ses deux filles…
Les enfants de ces filles, Ammon et Moab, fondèrent une cité en Arabie Pétré, où sans doute frappés par le destin de leurs parents, ils instaurèrent une religion dédiée au feu.
Bientôt, les Ammonites et les Moabites entretinrent des feux continuels dans leur capitale, Rabbath-Ammon, pour honorer leurs divinités Ammon et Baal Moloch à qui ils sacrifiaient des enfants. Puis ce culte gagna la Palestine. Le roi Salomon l’adopta et l’on vit ses successeurs Acaz et Manassé avoir la cruauté d’offrir leurs fils à Baal Moloch.
Le Moloch Juif avait une tête de Bélier. Le Dieu Ammon des Egyptiens avait aussi une tête de Bélier. On ignore si les Egyptiens firent des sacrifices humains à ce dieu, par contre chez les Cananéens, les Araméens et les Phéniciens, Moloch fit des ravages en changeant de nom et en devenant Baal ou Bel.
Le Baal-Moloch s’est transformé en tête de Taureau. Chaque cité ou lieu avait son Baal ou son Bel-Moloch. En Palestine il y eut Baal-Azor, Baal-Bek, en Syrie, Baal-Samin chez les Sémites, Baal-Phégor, sur le mont Phégor.. Mais le plus redoutable fut le Moloch-Baal de Carthage.
Des origines diverses comme vous le voyez mais sont culte grandi et ces rituels sacrificiels devinrent de plus en plus horrible. La Carthage punique et ces luttes incessante à invoqué ce dieux, lui ayant dressé une énorme statue d’airain . Une foule énorme se tenait sur la place de Khamon, devant le temple de Moloch. Afin que toute la population puisse voir le dieu, un mur avait été ouvert et l’on avait fait passer la gigantesque statue d’airain sur l’esplanade. Alors les serviteurs du temple allumèrent le feu. Après les chants et rites d’usage, le grand pontife donna le signal et les bras de l’idole se baissèrent pour que l’on y dépose les premières victimes. Aussitôt, de sa main glacée, le bourreau fit avancer, un par un, les garçons. Ils étaient tous encapuchonnés d’un voile noir: ainsi personne ne pouvait les reconnaître et il fallait qu’aucun Carthaginois ne faiblisse. Les immenses bras actionnés par des chaînes se relevèrent et les premiers sacrifiés furent engloutis dans la gueule incandescente…
Cela dura des heures ! Une chaleur intense régnait autour du dieu rougeoyant et une grande fumée montait dans le ciel qui devenait gris.
A présent, les Carthaginois hurlaient des invocations à Moloch tandis qu’au loin, sur le pourtour de la première enceinte, les mercenaires regardaient le spectacle, horrifiés. Lorsque la nuit tomba, le colosse d’airain était gavé à l’excès.
Incandescent… jusqu’aux genoux, il semblait chanceler sous le poids d’une ivresse monstrueuse…
Mais la foule emportée par la frénésie, voulait lui offrir encore des victimes toujours des victimes..
Il n’y en avait plus !
Alors, certains s’entretuèrent. Enfin, l’orage éclata et l’eau tomba en cataracte, toute la nuit. Gorgés d’horreur, les Carthaginois se laissaient tremper par l’eau tiède tandis que les citernes se remplissaient. Le lendemain matin, les mercenaires pataugeaient dans la boue de leur campement. Bientôt ils levèrent le siège. Carthage était sauvée !
Mais à quel prix ?
De là est née la légende du Dieu Moloch. Où l’on a tronqué la mention Ball pour évité certaines références trop sordides.
Ce culte fit des ravages pendant des siècles…
Il existe encore des souches spécifique qui glorifie le dieux Ball pour lui garder son aspect d’origine.
Certains rites et célébration sont toujours d’actualité,en secret dans des lieux isolé….
De part chez moi il y avais une secte du nom d’Ahbrasaxe ou le culte de Ball étais maintenu dans sa forme la plus sombre …
Lorsque la police a procédé à des perquisitions sur place ils ont trouvés énormément d’ossements d’enfants ainsi que des vidéos ou l’on voyait ces membres s’adonner au cannibalisme pendant leurs rites Ball’histe.
Un membre de ma famille en faisait partie. Voilà pourquoi je peux vous raconter cette histoire qui a été classée parmis les dossiers secrets vus les atrocités et les membres haut placé qui étaient impliqué.
La pratique de ce rite demande beaucoup aux niveaux dont de soit , le manipulateur finit toujours par être le manipulé et les retours de bâton sont extrêmement violent et sans aucun espoir de retour… A bonne entendeur… Sachez que le culte de Ball Moloch est toujours actif de nos jours au Bohemian Club. Faites des recherches sur ce “Club”.
Article ésotérique rédigé par : Darko Worlds