L’arbre de vie

Ses origines et ses diverses symboliques.

Nous retrouvons ce dessin au niveau de nombreuses sphères : religieuses, scientifiques, mythologiques, philosophiques, métaphysiques… 

C’est un motif que nous observons un peu partout et qui nous est familier. 

En ce qui me concerne, je l’avais souvent vu en psychologie, au niveau de logos de maisons d’éditions, en généalogie.

Puis en m’intéressant au milieu ésotérique, à la Wicca je l’ai à nouveau retrouvé. 

Alors, que vient-il nous donner, montrer ou enseigner ? 

C’est ce que je vais m’efforcer de faire à travers mes recherches que je vous livre dans cet article.

Au départ je pensais commencer par le domaine religieux. Puis, du fait de mes recherches, il m’a semblé plus judicieux de commencer par l’aspect philosophique

Car avant tout, il est peut-être nécessaire de revoir la symbolique de l’arbre de manière succincte.

  • Symbolique de l’arbre 

Alors, avec son aspect physique l’arbre a des racines profondément enfouies sous terre et des branches qui s’élèvent (en général) vers le ciel. Du coup, il va souvent représenter un lien fort entre le terrestre et le divin. 

Ensuite, il vient représenter la pérennité (comme ces arbres vieux de plus d’un siècle, ou comme le fameux pin de Bristlecone Mathusalem en Californie qui a 4842 ans !) 

Il vient aussi aborder le thème du « féminin/masculin) avec son tronc et ses branches qui s’érigent comme un phallus et ses fleurs et ses fruits qui représentent alors le côté féminin. 

Du fait qu’il représente le lien entre le ciel et la terre, il est aussi le lien de ce fait entre le Divin et le terrestre. Et par ce fait, lien entre le monde réel et le monde spirituel. 

Il est également l’élément de référence du monde animal, tout comme le Lion l’est au monde animal. 

Il est aussi la représentation de la famille : qui ne connait pas « l’arbre généalogique » ?

Et dans des tests de psychologie, dessiner un arbre est un indice important pour justement connaitre la notion d’appartenance de l’être à sa famille et aussi pour représenter l’individu lui-même. 

Une importance aussi avec une notion d’immortalité évoqué avec la pérennité, cependant nous le retrouvons souvent dans des poèmes célèbres 

Voilà assez rapidement et de manière exhaustive les symbolismes les plus importants. 

Bon, revenons à nos moutons ou plutôt à notre fameux « arbre de vie »

La sphère religieuse

– Le christianisme. 

« Le SEIGNEUR Dieu planta un jardin en Eden, du côté de l’est, et il y mit l’homme qu’il avait façonné. 

Le SEIGNEUR Dieu fit pousser de la terre toutes sortes d’arbres agréables à voir et bons

Pour la nourriture, ainsi que l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance de

Ce qui est bon ou mauvais. » (Genèse 2, 4b-9, 15).

Alors, il est important de savoir que l’arbre (l’élément) apparait au 3 ème jour de la création. Eh oui très important ! le trois est la somme de 1+2. Vous allez me dire : « oui on sait compter ! » mais, savez-vous que 1 représente le ciel et 2 la terre. Ha, revoilà notre lien entre ciel et terre. Oui, rien n’a été laissé au hasard. Tout prend sens ! Le trois venant pour le coup donner notion au « tout ». 

Ensuite, l’arbre de vie dans le jardin d’Eden permettait d’avoir accès à la sagesse et donc à l’immortalité. Cependant en en acceptant de gouter à la pomme, Adam et Eve se virent alors privé de cette vie éternelle. Bye-bye l’arbre de vie ! 

A un certain moment, lorsqu’il est question de l’apocalypse, l’arbre de vie réapparait. Il est dit, en gros que celui qui subsistera aura le droit d’en manger le fruit. 
« Je lui donnerai de manger de l’arbre de vie qui est dans le paradis de Dieu » (Jean 4:14 ; 6:32-35, 51-58). Pas rien comme récompense puisqu’elle n’est autre que la vie éternelle. N’oublions pas ici qu’il est question de l’éternité de l’âme et non celle du corps terrestre hein 😊 

Alors au niveau graphisme il va ressembler à un arbre très vert et lumineux, fort et puissant. 

Dans l’islam,

c’est à peu près équivalent puisqu’il est aussi appelé l’arbre de l’immortalité

« II existe à la porte du Paradis un arbre de la base duquel jaillissent deux sources : S’ils boivent de la première, l’éclat de la félicité fera rayonner leurs visages ; s’ils font leurs ablutions dans l’autre, leurs cheveux ne seront plus jamais hirsutes » (Rapporté par Al Hafez Al Mounziri).

la sourate Tâhâ, versets 120 et 121 : « Puis le Diable le tenta en disant : Ô Adam, t’indiquerais-je l’arbre de l’éternité et un royaume impérissable ? » ; « Tous deux (Adam et Eve) en mangèrent. Alors leur apparut leur nudité. Ils se mirent à se couvrir avec des feuilles du Paradis. Adam désobéit ainsi à son Seigneur et il s’égara ».

La Kabbale.

Alors ici, notre arbre va prendre des allures très différentes. Si vous connaissez la Kabbale, vous savez que la géométrie sacrée en découle. 

Toujours un lien avec le Tout, l’univers, notre arbre va s’habiller des noms des Sephiroth inscrits dans des cercles, liés par des chemins. Oh je serais bien incapable de vous faire une explication car cela est très complexe. Etudier la Kabbale prend beaucoup de temps. Mais en gros tout l’essence de la Cosmogonie est dessiné via cet arbre. 

L’hindouisme.

Eh bien je ne connaissais pas du tout, et en fait il est aussi question d’un arbre de vie qui lui est assez particulier puisqu’il est inversé. 

Il a les racines dans le ciel et les branches dans la terre ! Il porte le nom de : Ashvatta. Et figurez-vous qu’il existe bel et bien dans la réalité puisque c’est le Banian (ou figuier du Bengale) 

« Le seigneur bienheureux dit :  » il existe un arbre, le banian, dont les racines pointent vers le haut, et vers le bas pointent les branches ; ses feuilles sont les hymnes védiques. Qui le connaît, connaît les Védas.  » (extrait du Mahabharata) .

En fait, les branches de cet arbre tombent sur le sol et deviennent à leur tour racines (cela m’a fait penser aux fraisiers) et du coup créent de nouveaux individus (arbres). En revanche, si cela semble trop sympa, il a un aspect qui l’est moins. Il est aussi appelé « figuier étrangleur ». En gros, pour survivre, il va se ramifier sur un autre arbre et se nourrit de lui (en l’étranglant, l’autre arbre meurt et ses restes vont servir de nourriture pour que notre cher arbre de vie poursuivre son cycle. « C’est le cycle éternel ! » comme dans le Roi Lion 😉 

Et dans le Bouddhisme, c’est aussi un figuier, et c’est là même que Bouddha a été trouvé et où il allait méditer. ((le Bodhi). Il aurait connu l’illumination sous cet arbre. 

La sphère mythologique.

  • Celtique

Les Celtes étaient très tournés vers la nature. Il n’est donc pas étonnant de voir ce symbole également au sein de leurs croyances. 

Lorsqu’ils défrichaient une zone pour y vivre en communauté, ils laissaient un arbre au milieu qui devenaient leur « arbre de vie ». Selon les druides, il avait des propriétés telles qu’apporter prospérité et aussi que cet arbre avait été autrefois un être humain. 

Chaque tribu celte de ce fait, avait son arbre de vie au centre du « village ». 

Les druides étaient particulièrement attirés par l’If (C’est un bois très dur et l’arbre peut vivre jusque 1000 ans) et notamment l’If de Mugna*. 

les celtes se servaient de ses graines car elles contiennent un liquide paralysant. Et puis bien sûr les druides se servaient du bois pour en fabriquer leur baguette. 

L’If était également le support de l’écriture des celtes (écriture oghamique). 

Au-delà de l’aspect pratique, leur arbre de vie reliait les trois mondes : céleste, terrestre et souterrain.  

Il est assez proche de l’arbre de vie nordique Yggdrasill. Il est l’arbre de l’axe cosmique et également représentatif de l’immortalité et de la renaissance. 

Le chêne, le noisetier et le pommier faisaient également partie des arbres en poupe chez les druides celtes. 

Rien que dans la représentation graphique, nous voyons à quel point l’arbre était un élément central et unificateur dans leur monde. 

  • Nordique

Yggdrasill ou « l’arbre monde » (Viking) est un frêne qui portent les 9 mondes. Il était représenté par un arbre aux feuilles toujours vertes, à trois racines qui plongeaient chacune dans 3 sources d’eau différentes :  dans une un serpent la gardait mais en même temps dévorait la racine. Une autre, qui plonge dans le fontaine de Mimir (dieu de la sagesse et dont la tête coupée avait été protégée de la putréfaction par Odin) et la troisième passait par le puit d’Urd où se trouvaient les Nornes (l’équivalent des 3 Parques) . 

Ainsi donc l’arbre de vie ici est source de vie, source de savoir et également du destin.

  • Egyptienne 

Dans l’ancienne Égypte il serait représenté par un Sycomore. Un arbre très important car non seulement il est la preuve de la présence d’eau et il fournit également de l’ombre De plus don bois servait à créer les sarcophages où étaient entreposées les momies (d’où son appellation « figuier des Pharaons »).

“Paroles dites par le sycomore, Nout. “Paroles dites par le sycomore, Nout. Je suis Nout, élevée et grande à l’horizon, je suis venue à toi, salut à toi, directeur des troupeaux (…). Sous moi, tu te rafraîchis sous mes branches, tu te rassasies de (mes) offrandes, tu vis de mon pain, tu bois de ma bière. Je fais que tu t’allaites de mon lait, que tu vives et te maintiennes en vie grâce à mes seins. La joie et la santé sont en eux. (Le lait) pénètre en toi en tant que vie et stabilité, comme je l’ai fait pour mon fils aîné.” (Cité par Nathalie Baum, dans Arbres et arbustes de l’Égypte ancienne) salut à toi, directeur des troupeaux (…). Sous moi, tu te rafraîchis sous mes branches, tu te rassasies de (mes) offrandes, tu vis de mon pain, tu bois de ma bière. Je fais que tu t’allaites de mon lait, que tu vives et te maintiennes en vie grâce à mes seins. La joie et la santé sont en eux. (Le lait) pénètre en toi en tant que vie et stabilité, comme je l’ai fait pour mon fils aîné.” (Cité par Nathalie Baum, dans Arbres et arbustes de l’Égypte ancienne)

Nout, étant devenue la « maitresse du sycomore » qui nourrit les défunts. Cet arbre est donc sacré et, étant donné son aspect, il ressemblerait à la peau des Dieux.

La sphère philosophique.

Quittons la sphère mythologique et cherchons plus de réponse dans ce besoin de représentation de l’arbre de vie. 

En parcourant l’aspect religieux et mythologique, nous voyons bien émerger certaines choses. 

Cet être vivant qui s’ancrant dans le sol, s’érige haut dans le ciel en déployant ses branches. Verdoyant chaque printemps, fleurissant et nourrissant parfois de ses fruits en été puis l’automne arrivant … Perdant ses parures, et semblant mourir sous le froid de l’hiver , pour miraculeusement repartir à nouveau dans un cycle éternel… 

Ha oui nous y revenons à ce cycle. C’était inévitable qu’il devienne un symbole de VIE. 

Nombre de poètes et de paroliers ont utilisés ce symbole. Tenez, J.Brel avec sa chanson où il dit : 

« Auprès de mon arbre,

Je vivais heureux,

J’aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre…

Auprès de mon arbre,

Je vivais heureux,

J’aurais jamais dû le quitter des yeux… » (auprès de mon arbre J.Brel) 

Ou dans le poème de « l’arbre » de E.Verhaeren : 

« Alors, j’étais mêlé à sa belle vie ample ;

Je me sentais puissant comme un de ses rameaux ;

Il se plantait, dans la splendeur, comme un exemple ;

J’aimais plus ardemment le sol, les bois, les eaux,

La plaine immense et nue où les nuages passent ;

J’étais armé de fermeté contre le sort,

Mes bras auraient voulu tenir en eux l’espace ; ». 

Il y a bien longtemps, il servait de lieu de regroupement, puis est devenu un symbole que nous pouvons qualifier d’universel. 

De grands hommes en ont parlé, l’ont dessiné, l’ont pris en emblème. Comme François Mitterend par exemple.

 Quand Malraux utilise le vers d’un poème de Victor Hugo (« Tombeau de Théophile Gautier » hommage) pour intituler son livre qui parle de sa rencontre avec Charles De gaulle, c’est précisément celui qui cite un arbre « Les chênes qu’on abat… ». 

Cette sève qui monte et nourrit l’arbre tout comme le sang dans nos veines et artères…. Regardez d’ailleurs tout comme sur les feuilles de l’arbre …

Lorsque nous pratiquons la méditation et la relaxation, afin de s’ancrer et chercher le calme et la stabilité nous imaginons nos pieds tels les racines d’un arbre. Et l’énergie telle la sève ou le sang qui parcourraient ces racines pour nourrir chacun de nos organes et chacune de nos cellules.

(« l’arbre de vie » de Gustav Klimt.) 

Pour finir…

J’aurais pu en parler encore pendant plusieurs pages, parler d’autres mythologies et d’autres croyances concernant l’arbre de vie.

 Je pense cependant avoir parlé des plus représentatives afin que celles et ceux qui ne connaissaient pas puisse en avoir une idée assez générale. 

Choisir l’arbre de vie comme symbole marque votre désir d’ancrage, d’élévation (spirituelle) mais également votre appartenance à la famille et à ses valeurs. C’est aussi votre capacité à croire que rien ne meurt. Oui vous savez : le cycle éternel de la vie. D’où ce cercle quelle que soit sa représentation (cercle de feuilles, serpent qui se mort la queue etc…) . 

Comment utiliser ce symbole ? 

En cadeau, c’est offrir la pérennité et l’équilibre à la personne. Vous pouvez facilement le trouver en bijoux. 

D’autre le feront tatouer pour se rappeler ce cycle de vie, cette force qui malgré les saisons et les tourments du temps, fait qu’ ils sont encore là et transmettront leurs valeurs. 

L’avoir en tableau, en gravure, en set de table chez soi dans une pièce c’est célébrer la vie et permettre l’harmonisation de tous les corps (spirituels, terrestres et célestes). C’est permettre le rassemblement. 

C’est donner à son existence le pouvoir de la Vie. 

C’est accepter que la mort fait partie de la Vie et qu’elle n’est point une fin. 

C’est croire en demain et en l’être vivant …

Voilà, j’espère que cet article vous aura plut et n’hésitez pas à échanger toujours dans le respect bien sûr. 

Et si vous avez des sujets d’article n’hésitez pas à demander également pour que nous puissions nous enrichir par d’autres articles. 

Article Culture ésotérique rédigé par : Schwob Ségolène.




 

Laisser un commentaire